• Enseigner aujourd'hui

    Enseigner aujourd'hui à l'école primaire de la République

    Je vous partage ce soir la lettre d'une collègue qui a su trouver les mots pour traduire ma pensée :

     

    Bonjour à tous,

    Le suicide de notre collègue Christine Renon aura permis que la parole des enseignants du 1er degré se libère peu à peu.

    Notre métier perd son sens car nous croulons sous des tâches qui nous empêchent de réaliser notre mission première : ENSEIGNER. Nous voulons retrouver notre vrai métier. Il est temps d'arrêter de nous taire et de supporter ce fonctionnement qui détruit peu à peu l'école de la République.

    Nous avons décidé de témoigner de la réalité de notre travail. Un blog vient de se créer

    https://pasdevague.blogspot.com.

    Si le coeur vous en dit, vous pouvez aller le consulter afin de comprendre ce qu'est notre quotidien et ce qui nourrit ce malaise de plus en plus grand.

    L'école doit faire face à de grands défis humains et sociétaux sans soutien sincère de notre administration, ni de prise en compte des difficultés bien réelles et quotidiennes sur le terrain. Nous sommes soumis, comme tant d'autres, à des injonctions permanentes venues de sphères tellement "élevées" que la réalité de notre vie de classe est niée, piétinée, réfutée.

    Ce qu'il ne faut jamais oublier, c'est que nous ne fabriquons pas des produits. Nous accompagnons des humains, des enfants qui font leurs premiers pas dans un monde dont nous devons leur transmettre une partie des clés. Cela demande du temps, de la disponibilité, de l'empathie, de la générosité, des qualités humaines qui ne s'accommodent pas bien avec la pression, le stress, la culpabilité, la défiance.

    Ce qui est vraiment préoccupant, c'est que de plus en plus d'enseignants motivés, qui sont entrés dans l'enseignement par conviction, vocation, abandonnent le combat car aucun changement concret ne se profile à l'horizon, à part une incitation récurrente à dissimuler la poussière sous le tapis.

    Personnellement, j'ai choisi ce métier qui me passionne. Je reste convaincue qu'enseigner est l'un des plus beaux métiers du monde et l'un des plus riches humainement. Je suis profondément attachée à une école publique exigeante qui doit contribuer à réduire les inégalités sociales, ce qu'elle ne fait plus, comme tout le monde le sait, depuis trop longtemps déjà. Je pense qu'il est urgent de se battre pour ne laisser quiconque la pervertir, c'est pourquoi je me permets de vous en parler et de témoigner.

    Voilà. Si vous souhaitez partager l'info, merci d'avance.

    Bien amicalement

    Nathalie

    « L'évaluation scientifique des pédagogies alternativessoirée pyjama citrouille »

  • Commentaires

    1
    Helene
    Jeudi 13 Février à 05:08

    Comme c'est bien écrit !!! Je ressens exactement la même chose et mes autres collègues aussi ... Et pourtant nous sommes  dans 1 petite strcuture au Laos  loin de la France donc et bien tranquille ... En plus de notre boulot de classe on nous demande du secrétariat ....

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :